Au bal des grincheux, nous n’irons pas danser !

grumpy2.png

L’été est là, rayonnant. Après deux années si difficiles pour tous. Votre ville bouillonne à nouveau de vie avec un large choix de festivités pour tous, des moments culturels dynamiques et intenses, des évènements sportifs passionnants dans des installations sportives qui ne cessent de s’améliorer, une vie associative riche et variée. Ne boudons pas notre plaisir ! Même si le quotidien n’est pas toujours simple pour chacun avec une vie toujours plus chère, profitons de ces moments uniques où nous pouvons nous retrouver en toute simplicité, de tous âges, de toutes origines, pour rire, sourire, nous émouvoir. Saint-Lys vibre au son de toutes les passions, à l’Escalys comme dans les quartiers, et cela fait tellement de bien !


Alors bien sûr, perché tout là-haut sur la rambarde de la mauvaise foi, à l’écart du monde, nous aurons toujours les grognons, chantres du défaitisme forcené, apôtres tristes des horizons sombres, perclus de certitudes sinistres et de frustrations presque touchantes. Rappelez-vous ces 2 personnages du Muppet Show (Statler et Waldorf ! )… Toute ressemblance avec des personnages existants ne seraient malheureusement pas fortuite. Qu’en pensez-vous ? Au final, on avait pourtant de la sympathie pour ces personnages décalés, hors du monde…

Mais à Saint-Lys, non, nous n’irons pas danser au bal des grincheux.


A chaque semaine, sa mauvaise foi. A chaque semaine, son os à ronger. Qui une question négative et agressive au conseil municipal, qui une publication internet malsaine et incohérente. Parfois agaçants, souvent décevants. le jeu de la démocratie diront certains, le jeu sordide de la mauvaise foi malsaine bien plus souvent. Mais que cherchent-ils finalement ? Quelle est cette force étrange et pénétrante qui les saisit chaque matin au saut du lit, et qui leur murmure à l’oreille … Comment vais-je réussir à être négatif, triste et cynique aujourd’hui ? Quelle est cette étrange motivation grise et stérile qui dicte leur vie ? Les plus grands spécialistes se penchent sur la question. Croyons aux progrès de la science.

Laissons là cette poignée de tristes personnages et regardons avec envie vers demain et surtout vers des horizons plus joyeux.

Préférer toujours l’optimisme au défaitisme, les nouveaux projets aux renoncements, le partage et l’échange aux dénigrements ! Les citoyens de Saint-Lys vont très bientôt pouvoir travailler aux nouveaux grands projets de notre ville pour améliorer notre qualité de vie et c’est bien là, l’essentiel. Le reste ne sera toujours que l’écume de l’aigreur.


Très bon été à tous !

 
doctor-6676747_960_720.jpg

Maison de santé

[Article paru dans la DDM du 08/02/2022]

Il ne reste plus qu’une étape pour la concrétisation d’une MSP (Maison de Santé Pluridisciplinaire) à Saint-Lys.

Sa construction, en partenariat avec une société publique locale dont la mairie est adhérente, a été étudiée avec l’association des professionnels de santé.

Le site identifié par consensus des acteurs impliqués est celui des anciens services techniques de la mairie, face au collège. Une partie du terrain est proposée pour construire un bâtiment neuf, accessible, moderne. Il sera adapté aux pratiques des professionnels de santé et facilitera l’accueil des patients.

L’investissement porté par la société publique serait d’environ 2 millions d’euros. Celui réalisé par la mairie pour être accompagnée sur le montage du dossier aura été d’environ 50 000 €. Grâce à l’engagement de la collectivité dans ce projet, avec la recherche de subventions (environ 30 %) qui pourraient être obtenues via le département, la région et éventuellement les fonds européens (Soient environ 700 000 €), le dispositif mis en place aboutira à un loyer attractif pour les professionnels et un projet clé en main. Le choix de flécher les subventions sur la Maison de santé montre la volonté municipale de prioriser ce dossier.

Dans le même temps, la collectivité a également mis à disposition un logement de qualité, rénové et meublé, en centre-ville pour accueillir gratuitement de nouveaux médecins en stage ou formation sur notre commune. C’est maintenant l’engagement des professionnels de santé, notamment les médecins généralistes indispensables dans une MSP, qui donnera le top départ du montage final du dossier.

Cette dynamique collective, confirmée nous l’espérons par cet engagement, déclenchera enfin la phase de réalisation du projet tant attendu par l’ensemble des Saint-Lysiens mais également plus largement des habitants du territoire.

Les travaux pourraient débuter courant 2023.

 
curtain-269920_1920.jpg

Soyons sérieux ?

Le burlesque était un registre littéraire en vogue au XVIIe siècle, que l’on redécouvrira plus tard dans le théâtre et le cinéma des années 1920. Il semblerait que les groupes minoritaires du conseil municipal de Saint-Lys aient choisi récemment de réhabiliter cet art difficile. Certains, il faut le reconnaître, y excellent.


Quelle tristesse de voir tant de carrières avortées et de talents gâchés. Hélas, mille fois hélas.


A toutes fins utiles, nous sommes contraints de rappeler qu’un conseil municipal n’est pas une salle de music-hall (comme celui du 22 Novembre dernier) mais un lieu de débat où les représentants du peuple agissent et décident pour le bien commun dans un esprit de tolérance et de respect. Gageons qu’enfin tous ces talents se mettent au service de notre ville, laissant de côté les postures de comédie et les pantalonnades inutiles.


Le conseil municipal du 13 décembre fût bien plus apaisé et constructif, souhaitons que cela se poursuive !

Pendant ce temps, le groupe majoritaire travaille. Certains nouveaux projets voient déjà le jour, d’autres grandissent.

Le marché de producteurs locaux à Saint-Lys. Certains en rêvaient. C’est fait.

L’ouverture des nouvelles tribunes du Rugby,  l’ouverture des 2 nouvelles salles du COSEC, les 1ers containers enterrés. C’est fait.

Le nouveau projet culturel. Les 1ers sentiers de randonnées, organisés et jalonnés. Ça grandit très vite.

Les conseils participatifs, le CMJ, le conseil des sages organisés.


L’équipement numérique à 100% de l’école Florence Arthaud. C’est fait.

Les concertations sur le réseau Vélo Express. Ça accélère.

Les félicitations de l’ARS pour l’organisation du centre de vaccination. C’est bravo !

L’acquisition de l’ancien « café de France ». Le diagnostic de sécurisation des routes de Lamasquère et de Saint-Clar. C’est fait.

La mobilisation pour un projet différent d'un CPAR et les actions à suivre. La motion porte ses fruits et le travail continue.

Tout n’est pas parfait et beaucoup reste à faire. Mais vos élus sont mobilisés, pour vous, pour la ville.

Pendant ce temps, certains jouent la comédie, au point de refuser de voter la motion contre le CPAR. Quand le burlesque devient pathétique, c’est triste.

 
joie vivre.png

C.P.A.R :
un dossier suivi

En conseil municipal le 11 octobre dernier, nous avons soumis à l’ensemble des conseillers une motion pour s’opposer ensemble au projet de l’état d’installer un centre d’accueil pour réfugiés (CPAR) de 126 places dans notre commune.

Projet hors-sol et démesuré qui prévoit d’accueillir plus des trois quarts des quotas d’accueil attribués à l’échelle de notre région pour les demandeurs d’asile déboutés dans leur démarche.

N’ayant sans doute pas mesuré les enjeux de cette délibération, les élus d’opposition ont voté contre. Notre démarche de refus d’un tel projet se poursuit donc sans eux.

Une réunion s’est tenue en sous-préfecture le 27 octobre où nous avons rencontré les représentants de l’état et du groupe Adoma. Notre objectif de réaffirmer notre refus d’accueillir un projet d’une telle ampleur et notre volonté de voir naitre un projet favorisant la mixité sociale en ce lieu stratégique devaient être entendus.

Nous ne pensions rencontrer que réticences, pourtant les représentants de l’état ont entendu et soutenu notre démarche, ils ont reconnu la disproportion du projet pour Saint-Lys, l’absence de concertation hautement néfaste a une quelconque acceptabilité des populations.

Ensemble, ils se sont engagés à réviser le projet, à travailler avec la commune et à l’envisager plus largement, à l’échelle du grand territoire auquel il est voué vers une solution cohérente et acceptable. D’autres rencontres auront lieu pour prendre en compte les contraintes de chacun.

Nous restons mobilisés sur ce sujet qui génère de légitimes inquiétudes. Notre commune ne peut, ni accueillir dignement, ni accepter de recevoir seule l’ensemble des hébergements attribués par le schéma national à notre Région.

 
eau.jpg

L’eau paye l’eau

Lors du conseil communautaire du Muretain Agglo du 25 mai 2021 a été acté par délibération le retrait du SIECT du Muretain Agglo de la compétence eau potable et par conséquent des 14 communes qui adhéraient à ce syndicat, dont Saint-Lys.

Les élus du groupe majoritaire de la commune de Saint-Lys ont voté contre ce dossier mené au pas de charge et de façon arbitraire : Le choix de chacune des 14 communes n’était pas unanime, le vote de 26 communes pour 14 concernées était contestable, certains élus communautaires sont personnellement concernés.

Depuis le début, nous nous sommes élevés contre la méthode de travail qui n’apportait pas les garanties nécessaires à une bonne tenue de ce dossier.

Un transfert de compétences finalisé nécessite :

  • L’accord des différentes parties

  • L’accord sur le partage des biens

  • L’accord sur le transfert des personnels

Ce n’est pas le cas aujourd’hui.

Ont été opposés au fil des débats deux syndicats : le SIECT (syndicat intercommunal des eaux du coteau du Touch) et le SIVOM SAGe (SIVOM Saudrune Ariège Garonne)*. Leur évolution différente se traduit par des choix différents. Ces syndicats couvrent des territoires différents, tant en superficie qu’en communes. Ils ont porté des projets différents, tant sur le traitement de l’eau que sur les investissements ou la gouvernance.

Tous ces éléments méritaient une étude partagée, des arguments factuels, un travail rigoureux, équitable, dans une vision de solidarité à laquelle nous sommes fortement attachés.  


La compétence eau potable comportent bien trop d’enjeux pour être réduits au seul prix de l’eau. L’eau paye l’eau et il n’est pas possible de comparer ce qui ne l’est pas. Sinon, pourquoi ne pas s’aligner sur le tarif de l’eau à Muret ? Pourquoi Muret n’intègre-t-elle pas le même syndicat pour une réelle unité de territoire ?

Les débats sont clos. Toutefois de nombreuses questions restent en suspens.

Nous resterons très attentifs au travail mené, en souhaitant fortement qu’il le soit dans l’intérêt de tous les usagers et que nos inquiétudes relayées par la sous-préfecture sur les difficultés liées à la complexité de ce dossier ne pénalisent pas les saint-lysiens.



*Le SIVOM SAGe est un syndicat né en 2017 de la fusion de 6 syndicats.

Il gère à ce jour 19 compétences dans les principaux domaines suivants :

  • L'eau avec la production, le transport, le stockage et la distribution de l'eau potable et la gestion des cours d'eau,

  • L'assainissement avec la collecte, le transport et le traitement des eaux usées, la gestion de la plate forme de compostage des boues/déchets-verts, de l'usine de traitement des sous-produits de l'assainissement et de la plate forme de compostage des déchets-verts,

  • Les travaux et les bâtiments avec son Bureau d’Études Techniques et la gestion de bâtiments publics.

Ses services sont implantés sur cinq sites géographiques distincts afin de garder des pôles de proximité sur ce grand territoire composé de 26 communes.

Le SIECT a été créé en 1951.

Sa mission principale est l’alimentation en eau potable de 54 communes du sud-ouest toulousain.  

En 1999 le syndicat a créé un Service Public d’Assainissement Non Collectif (SPANC) qui contrôle les installations d'assainissement non collectif sur 41 communes. Depuis cette date, le syndicat peut également facturer l’assainissement collectif pour les communes qui le souhaitent.